Histoire et naissance du musée

  • Verriers devant leur place de travail : souffleur, cueilleur et gamin, verreries de Sars-Poteries - Collection photothèque du musée-atelier départemental du verre à Sars-Poteries © droits réservés

  • Entrée de la Verrerie d’En Bas, vue depuis la rue, carte postale, fin XIXème début XXème siècle - Collection photothèque du musée-atelier départemental du verre à Sars-Poteries © droits réservés

  • Le 16 septembre 1967, les Sarséens se pressent dans la cour du Château Imbert pour admirer l’exposition des bousillés - Collection photothèque du musée-atelier départemental du verre à Sars-Poteries © droits réservés

Texte

Le verre à Sars-Poteries

Riche d’un sous-sol argileux et siliceux à l’origine de son passé potier, Sars-Poteries devient au 19ème siècle un centre industriel du verre creux.

En 1802, est fondée une première verrerie, la verrerie "d’en-bas" qui produit principalement du verre à vitres et du verre de table. En 1845, sous l’impulsion d’un nouveau directeur, Eugène Imbert, l’activité se diversifie et une deuxième verrerie, la verrerie "d’en-haut" , ouvre en 1869.Les deux verreries sont réunies par Henri Imbert en 1883. Au plus fort de leur activité, elles emploient plus de 800 ouvriers, originaires généralement du village et de ses alentours : la verrerie "d’en–bas" produit de la gobeleterie, celle "d’en–haut" du flaconnage.

Sous l’effet de crises conjuguées, les deux établissements ferment à la fin de l’année 1937.

Les "Bousillés"

Sur leur temps libre, à la pause déjeuner, les verriers utilisent avec l'autorisation du directeur, le matériel de production pour "bousiller" le verre. Ils créaient des objets personnels, sans vocation marchande, pour eux-mêmes ou pour offrir. Ils rivalisaient de dextérité et de virtuosité pour réaliser des pièces uniques, pleines de fantaisie et de vie, chefs d’œuvres du quotidien. Dans l'élaboration de ces objets à usage domestique, décoratif ou plus rarement rituel, les verriers ont développé tout leur imaginaire, fait chanter les couleurs et les formes, et exprimé leur joie de créer.

La naissance d'un musée

En 1967 Louis Mériaux, curé de Sars-Poteries, réalise une exposition de bousillés, objets qu’il a découvert chez les habitants. Le succès de cette exposition l’incite à créer un musée du verre dans l’ancienne maison du patron des verreries, le Château Imbert. Les bousillés, pour la plupart offerts par les Sarséens, constituent aujourd’hui la collection ancienne du musée. Les pièces les plus remarquables en sont les encriers revanche, les épis de faîtage, les bouteilles passion et surtout la lampe Imbert, offerte par les ouvriers à l’occasion du mariage de leur patron.

En 1976, soucieux de perpétuer le savoir-faire verrier, Louis Mériaux ouvre l’atelier du verre dans une vieille grange. Il y invite les anciens verriers et de jeunes artistes français.

En 1982, Louis Mériaux organise à Sars-Poteries le premier Symposium international du Verre contemporain puis en 1984, le Colloque Verre et Architecture. Ces événements exceptionnels attirent des artistes renommés du monde entier. C'est un foisonnement de créateurs qui travaillent alors ensemble.
Les premières œuvres (123), réalisées sur place ou apportées et offertes à ces occasions, constituent la base de la collection contemporaine du musée.

Vers le nouveau musée

En 1994, la départementalisation offre au musée de nouveaux moyens pour enrichir sa collection, accueillir chaque année des artistes en résidence, organiser régulièrement des expositions et devenir un véritable lieu d’échange et de rencontres. En 2001, un nouvel atelier et inauguré. Grâce à son équipement, l’un des plus performants en Europe, il peut répondre au mieux aux besoins des artistes accueillis en résidence, organiser de nombreux stages et concrétiser la dimension internationale du musée. En 2009, le Conseil Général du Nord décide la construction d’un nouveau bâtiment pour présenter au mieux la collection et regrouper l’ensemble des fonctions d’un musée moderne.

Espace presse

Analytics

   Réduire

DnnSPOT

   Réduire